Peu importe la taille de l’entreprise, une panne du système d’information peut se révéler dramatique et conduire à l’arrêt total de la production. La maintenance du parc informatique ou l’infogérance est une nécessité afin de garantir de bonnes conditions de travail et ainsi maintenir la productivité.

Pour éviter toute mésaventure, n’hésitez pas à nous confier la maintenance de votre réseau.

Découvrez notre solution de maintenance informatique

Quelles différences entre maintenance et infogérance ?

La maintenance

La maintenance vous garantit le fonctionnement optimal de votre informatique et en assure l’entretien via la télémaintenance, l’assistance téléphonique ou les interventions techniques sur site.

Il existe deux types de maintenance :

  • la maintenance corrective : elle consiste à corriger les défauts de fonctionnement ou les non-conformités.
  • La maintenance préventive : elle permet d’anticiper les dysfonctionnements et d’engager un plan d’action avant qu’ils ne surviennent.

L’infogérance

L’infogérance de votre système consiste à déléguer l’informatique de votre entreprise à un prestataire afin de pérenniser le bon fonctionnement de votre système d’information, d’ajuster au mieux votre budget informatique, et disposer d’évolutions régulières de votre parc informatique.
L’infogérance vous permettent de rester concentré sur votre cœur de métier et d’optimiser au mieux votre budget informatique.

Il existe plusieurs types d’infogérance différents :

  • l’infogérance d’infrastructures qui permet la gestion du parc informatique.
  • l’infogérance applicative qui permet la gestion des logiciels et progiciels dont le client reste propriétaire.
  • l’infogérance de fourniture d’applications qui permet la gestion des logiciels et progiciels dont le client n’est pas propriétaire.

La maintenance informatique peut-elle suffire?

Dans le cas de la maintenance seule, il appartient donc à l’entreprise de réaliser les mises à jour logicielles et de sécurité pour assurer sa protection. Tout comme il lui appartient d’assurer le support aux utilisateurs dans le cadre de l’utilisation des outils matériels et logiciels, et tous types de dysfonctionnements.Si vous avez les compétences informatiques en interne pour assurer l’ensemble de ces tâches, les offres de maintenance proposées par les entreprises de services informatiques peuvent vous convenir.
Dans le cas contraire, bien que la maintenance soit la base du maintien en condition opérationnel de votre infrastructure informatique, ayez bien en tête que réagir à un incendie dans l’urgence coûte généralement plus cher que de mettre en place des systèmes de prévention efficaces.
La mise en place d’un contrat d’infogérance peut trouver deux raisons majeures :- Le besoin de lisser ses coûts et éviter toute interruption du service ou perte de données,- La volonté de se recentrer sur son métier.

L’infogérance pour se recentrer sur son métier

Il n’est pas toujours simple de disposer en interne de compétences capables de gérer le fonctionnement du système d’information. Il est ainsi souvent bien plus avantageux d’avoir recours à un prestataire informatique qui va vous apporter son expertise, mutualiser les compétences et vous offrir un niveau de souplesse et d’adaptabilité que vous n’auriez pas par ailleurs. Car le partenaire en infogérance vous permet à la fois d’accéder à des profils techniques qui vont surveiller, maintenir et dépanner vos outils informatiques, vous faire bénéficier d’un service de support en mesure de prendre en charge toutes les demandes d’assistance de vos collaborateurs, mais aussi assurer pour vous une veille technologique et vous proposer toujours les solutions les plus adaptées à vos usages.L’infogérance est généralement considérée comme un service nécessaire.Mais avant d’opter pour un contrat d’infogérance, il faut impérativement accepter l’idée de déléguer la gestion de son informatique interne à un tiers. Si vous refusez l’idée même de délégation, vous devez sans nul doute choisir de vous orienter vers la maintenance et l’achat de prestations ciblées et ponctuelles. Avec les risques et coûts irréguliers que cela peut engendrer.

QF Manager

QF Manager nous permet d’administrer, surveiller et sécuriser votre réseau à partir d’une console Web . De plus notre solution vous fournit une suite complète de services de sécurité parmi les meilleurs de leur catégorie. Il est également la première solution d’apprentissage automatique en temps réel au monde reposant sur la veille collective de centaines de milliers de réseaux et de millions de terminaux, dont le but est de vous avertir de problèmes avant qu’ils ne se produisent, en vous donnant des informations pratiques.

Rapport de synthèse de l’état de votre parc informatique

QRIS FRANCE ACCOMPAGNE UN ÉQUIPAGE POUR LE MYTHIQUE 4L TROPHY

Pour cette nouvelle année, QRIS France accompagne un équipage pour le mythique 4L Trophy. Le plus grand raid étudiant d’Europe accueillera du 20 février au 1 mars 2020 nos 2 trophystes Camille et Anouk !

Le Raid 4L Trophy est le premier rallye raid solidaire 100% jeune et fun se déroulant en 4L sur les pistes du Maroc. Plus de 6000 km parcourus en 10 jours. Le 4L trophy est avant tout une aventure humaine et solidaire. Depuis 2011, l’organisation du 4L TROPHY est engagée auprès de la plus grande organisation humanitaire mondiale: la Croix rouge française.

Durant le 4L TROPHY, les trophistes sont tenus d’acheminer au moins 10kg de denrées alimentaires non périssables par équipage au village de départ. Chaque année, c’est donc plus de 10 tonnes de denrées alimentaires qui sont récoltées par les participants.

Le 4L TROPHY est également en étroite collaboration avec l’association Enfants du désert crée en 2005 par Laetitia Chevalier. La mission des trophistes est d’acheminer du matériel scolaire dans les zones les plus reculées du Maroc en partenariat avec des structures locales

Course du 4l Trophy

Que vous soyez chef d’entreprise, entrepreneur ou salarié, le RGPD vous concerne.

Si vous êtes un internaute, c’est-à-dire, un utilisateur d’Internet (moteur de recherche, réseaux sociaux, Vidéos, etc.) vous êtes doublement concerné par la protection des données.

Qris France vous propose un guide pratique, simple et efficace.

Le RGPD, qu’est-ce que c’est?

Les lettres RGPD signifient simplement Règlement Général sur la Protection des Données

Texte voté en avril 2016, il sera appliqué à partir du 25 mai 2018.

Le nouveau texte de référence en matière de protection de données personnelles au sein de l’UE. Il remplace la directive européenne de 1995 et unifie les différentes régulations existantes au niveau des états.

En bref, ce règlement contribue à protéger les données à caractères personnelles de tout individu au sein des 28 états membres de l’Europe.

À quoi sert le RGPD ?

Ce Règlement Général sur a pour vocation d’encadrer et de protéger vos données personnelles.

Chaque entreprise devra respecter les 3 règles suivantes :

  1. Collecter uniquement les informations nécessaires et légitimes.
  2. Protéger les données et les utiliser uniquement à des fins légales et en accord avec le propriétaire des données.
  3. Ne jamais revendre ou distribuer vos données à d’autres entreprises sans votre accord signé.

Le RGPD, est-ce que je suis concerné ?

Le RGPD concerne toutes les entreprises et organisations qui travaillent avec des données appartenant à des citoyens européens, indépendamment du fait qu’elles soient ou non implantées en Europe.

Donc si une entreprise utilise des données personnelles, elle doit s’assurer de respecter le RGPD.

Si vous ne collectez aucune données personnelles sur vos clients, vous n’êtes pas concerné par le RGPD.

Quelles données sont concernées?

Deux notions essentielles sont à retenir :

Donnée à caractère personnelle :

Toute information se rapportant à une personne physique identifiée et identifiable.

Nom, prénom, sexe, date et lieu de naissance, adresse IP, situation familiale, militaire, formation, diplômes, adresse, situation économique et financière, moyens de déplacements, utilisation de médias et moyens de communications

Donnée sensible :

Il s’agit des origines ethniques, des opinions politiques, philosophiques, religieuses, des appartenances syndicales des personnes, des données biométriques aux fins d’identifier une personne de manière unique.

Il y a aussi les données concernant la santé, les données génétiques, les données relatives à la vie sexuelle ou l’orientation sexuelle, les condamnations pénales et infractions aux mesures de sûreté connexes.

Dans votre quotidien, vous ne le réalisez plus mais vous partagez un grand nombre de données à caractère personnelle sur le web. Et surtout, votre entreprise en collecte également beaucoup auprès de vos clients…

Ce sont ces mêmes informations, ici appelées données à caractère personnel, qui seront encadrées et protégées par ce fameux RGPD.

Les 6 principes à respecter en matière de protection des données :

1. Licéité, transparence et loyauté

L’utilisation des données doit être autorisée par le client. Il doit être informé de leur utilisation réelle.

2. Limitation des finalités

Informer le client sur l’utilisation de ses données.

3. Minimisation des données

Récolter seulement les informations nécessaires. Communiquer aux sous-traitants seulement les informations indispensables pour leur mission.

4. Exactitude

Une procédure doit être mise en place pour assurer la mise à jour des données.

5. Limitation de la conservation

Supprimer les données dont le cabinet n’a plus besoin et respecter les délais de conservation.

6. Intégrité et confidentialité

Limiter l’accès aux données personnelles seulement aux personnes qui en ont vraiment besoin pour éviter toutes sanctions.

Les 5 actions de base à mettre en place ?

  1. Vous collectez uniquement les données légitimes dont votre entreprise a besoin
  2. Vous informez vos clients sur l’utilisation de ces données
  3. Vous ne communiquez ces données à personne et vous les utilisez uniquement dans le cadre de votre mission avec l’accord écrit de votre client
  4. Vous mettez à jour votre utilisation d’Internet et des campagnes d’emailing
  5. Vous supprimez les données des clients après leur départ en fonction du légal de conservation spécifique à votre secteur.

Le RGPD et vos campagnes d’emailing

Pour les emails marketing et les newletters, il va falloir être plus prudent et respecter quelques règles :

Le double opt-in remplace l’opt-in automatique

Vous collectez des adresses e-mail sur votre site web ?

Avec le RGPD, vous ne pourrez plus utiliser de case pré-cochée dans les formulaires d’inscription à votre newsletter.

Par défaut, cette case devra être décochée.

Ensuite, vos futurs contacts recevront un email de confirmation et ils devront cliquer sur un lien avant d’être ajouté à votre carnet d’adresse. Ce système de double validation vous assure que vos contacts désirent réellement recevoir vos emailings.

Vous aurez peut-être moins d’inscrits à votre newsletter mais vous aurez également moins de désinscription… Vos lecteurs auront choisi de recevoir vos emails.

Vous remplacez la quantité par la qualité.

Plus d’achats de listes d’adresses en masse !

Évitez à tout prix l’achat de listes d’adresses en masse. Le consentement doit être donné de façon « libre, spécifique, éclairée et univoque“ selon l’article 4 du RGPD.

Gardez une trace du consentement de vos contacts peut vous être utile en cas de litige.

Un désabonnement facile

Assurez-vous de proposer un système de désabonnement simple et facile.

    • Pas de liens cachés
    • Un désabonnement en un seul clic

Déplacer des contacts d’une liste à une autre, c’est fini !

Beaucoup d’entreprises ont tendance à considérer qu’une personne qui leur donne leur adresse mail est d’accord pour recevoir n’importe quel email.

À partir du 25 mai 2018, il faudra un consentement clair et distinct pour chaque utilisation qui sera faite d’une information personnelle.

Si vous avez plusieurs entreprises dans des secteurs différents comme la restauration et le tourisme, vous ne pouvez transférer votre fichier client d’une société à une autre.

Vous devez envoyer une newsletter classique à vos abonnés pour leur présenter votre autre entreprise afin de leur proposer de s’abonner à une seconde newsletter.

Si vous avez deux utilisations de données, vous avez besoin de deux consentements.

Plus de fuites secrètes de données !

Si un jour, vous subissez une fuite de donnée, vous avez 72 heures pour prévenir vos abonnés.

La fuite de donnée est un élément important du RGPD. Vous devez assurer la protection des données à caractère personnel de vos clients. Si votre site web, votre réseau ou vos bureaux sont attaqués, prévenez les autorités dans les 72 heures.

Pour limiter les risques, anticipez et mettez en place les bonnes procédures en interne.

Droit à l’oubli

L’article 17 prévoit que toute personne peut obtenir d’un responsable de traitement l’effacement, dans les meilleurs délais, de données personnelles la concernant dans six cas énumérés.

  1. Les données ne sont plus nécessaires au regard des finalités pour lesquelles elles ont été collectées.
  2. Le consentement était nécessaire lors de la collecte des données.
  3. La personne exerce son droit d’opposition « pour des raisons tenant à sa situation particulière ». Le responsable de traitement doit démontrer l’existence de motifs légitimes et impérieux pour s’y opposer. La personne exerce son droit d’opposition à tout moment dans les cas de prospection et de profilage lié à celle-ci.
  4. Les données ont fait l’objet d’un traitement illicite.
  5. Elles concernent un mineur.
  6. L’effacement est prévu par une obligation légale (nouvelle loi ou décision de justice par exemple).

Le RGPD en bref !

  • Vous collectez uniquement des informations légitimes, dont vous avez besoin.
  • Vous informez le client sur l’utilisation de ses données.
  • Le consentement de vos destinataires doit maintenant être explicite et positif — fini les cases pré-cochées.
  • Pas de communication ou de vente de données de vos clients. Vous les utilisez uniquement dans le cadre de votre mission avec son accord écrit.
  • Vous supprimez les données dont vous n’avez plus besoin, et au plus tard, à la fin du délais légal d’archivage de votre secteur d’activité.
  • Création d’un registre de traitement des données si l’audit indique qu’il est nécessaire.
  • Si vous subissez une fuite de données, vous devez informer les autorités dans les 72 heures.
  • Les peines sont plus sévères en cas de manquement ou de fuite de données — allant d’une simple mise en garde à une amende de plusieurs millions d’euros en passant par une amende s’élevant à 4% du chiffre d’affaires international de l’entreprise.
  • Enfin, Le droit à l’oubli s’est imposé. Ainsi, vous devez être en mesure de supprimer les données concernant vos destinataires.

Vous vous posez des questions par rapport à votre entreprise ?

Contactez-nous ! Nous sommes là pour vous accompagner.

Merci pour votre lecture, j’espère que cela vous aide à mieux comprendre ce nouveau sujet.

Si vous avez aimé, partagez l’article avec vos amis.

Qu’est-ce que Locky ?

Derrière ce nom se cache un virus informatique que l’on appel “ransomware” cryptant vos données, monnayant ensuite leur déblocage.

Lire la suite